Avril 2018

Le mot du curé -CHRIST EST RESSUSCITE     

    La fête de Pâques un 1er avril ! Il ne faudrait pas penser que c'est un poisson d'avril. Même si nous nous disons chrétiens, nous devons toujours nous demander si nous comprenons ce que nous croyons. Dans la Bible, il y a beaucoup de malentendus entre Jésus et les autorités religieuses de l'époque sur la compréhension des Ecritures ; de même avec les apôtres au sujet de sa messianité et sa relation avec le Père. En tant que chrétiens, nous sommes appelés à toujours écouter, réfléchir et comprendre le mystère de Dieu et la richesse de notre foi. Pour cela, il faut garder et cultiver l'humilité de l'eunuque éthiopien qui répondait au diacre Philippe : « comment pourrai-je comprendre si je n'ai pas de guide ? » Actes 8, 31.     

    Nous devons savoir que la résurrection du Christ est un mystère. Et devant ce mystère de Dieu qui se fait connaître, nous sommes des esprits sans intelligence, coeurs lents à croire tout ce qu'ont déclaré les prophètes. C'est le reproche que faisait Jésus aux deux disciples d'Emmaüs. Ce n'est pas une injure mais la faiblesse de l'homme à percer le mystère de Dieu. Christ est ressuscité selon les Ecritures, nous dit la Bible. Pour comprendre, il est nécessaire de connaître la puissance de Dieu et les Ecritures.                   L'incarnation de Jésus , sa crucifixion sont publiques mais la résurrection est confidentielle. Seuls les apôtres et quelques témoins peuvent attester que Jésus est ressuscité. En effet, Jésus échappe aux lois de la nature. Il apparaît aux apôtres au Cénacle alors que les portes sont verrouillées. Les disciples ont vécu, mangé et bu avec lui pendant trois ans et ont du mal à le reconnaître. Ils le prennent pour un jardinier, un fantôme ou un inconnu. Jésus n'est plus le même. La relation avec ses amis est autre. A Marie qui voulait le toucher, Jésus dit : »ne me retiens pas ! Car je ne suis pas encore monté vers mon Père».  Jn 20,16 .

    La multitude d'expressions qu'on trouve dans la Bible à ce sujet démontre que les apôtres sont devant une nouveauté. Le langage humain est pauvre pour contenir et expliquer ce mystère. Pour une même réalité, on parle de « ressusciter, s'élever, réveiller, enlever, glorifier ». Quand sur la montagne sainte, Jésus est transfiguré en présence des apôtres Pierre, Jacques et Jean, il leur recommande de ne raconter à personne ce qu'ils avaient vu, jusqu'à ce que le Fils de l'homme ressuscite d'entre les morts. Et Marc écrit : « ils observèrent cet ordre, tout en se demandant entre eux ce qu'il entendait par « ressusciter d'entre les morts ».Mc  9,10  

    Le tombeau vide est pour les apôtres une question, pas une réponse ! Jean est le premier à croire en voyant le tombeau vide. Pour les autres, c'est une question, une énigme, le point de départ d'une réflexion et d'une recherche . Oui, il est grand le mystère de la foi. 
Faustin Mansiara,
curé de l’U.P. Notre-Dame des Champs

Faustin MANSIARA, curé de l’Unité Pastorale Notre-Dame des Champs (UPNDC)   
0476 87 44 77  abbefaustin@yahoo.fr
Bernadette GOESSENS : baptêmes, communions, mariages, funérailles     019 51 12 86
.